Adhésion partenariale

D’après les Auteurs, l’Adhésion partenariale est une stratégie paradoxale qui doit obligatoirement être mise en place dans le cadre d’une Structure constante d’ajustement permanent pour être efficace. C’est, selon eux, l’unique stratégie qui permette de réconcilier les antagonismes et les divergences à tous les niveaux : intrapersonnel, interpersonnel et organisationnel.

 

Trois fonctions traditionnelles de l’organisation sont mises à contribution pour illustrer la mise en application de l’Adhésion partenariale au sein de l’organisation. Les Auteurs invitent à appréhender l’organisation concernée comme un Système erratique d’interdépendance fonctionnel.

 

Comme première illustration, les Auteurs analysent la fonction de prise de décision. L’Adhésion partenariale rend la fonction de prise de décision plus efficace dans ses deux aspects traditionnels :

 

ü Aspects formels des processus de prise de décision – aussi bien du point de vue de l’établissement des priorités, de l’attention à apporter aux événements du futur, de l’analyse et du traitement de l’information que de l’apprentissage et de l’évolution, les décisions sont prises de manière à préserver la cohésion sociale et à placer l’organisation en position optimale pour faire face aux turbulences de son environnement

 

ü Aspects informels des processus de prise de décision – la négociation permanente est institutionnalisée par rapport aux perceptions divergentes de la réalité ; les velléités de manipulation émanant d’un groupe en particulier sont contrariées et toutes les parties intéressées sont protégées contre l’arbitraire tenant au choix des participants à la négociation 

 

En guise de seconde illustration, les Auteurs s’arrêtent sur la fonction de contrôle. La fonction de contrôle est rendue plus efficace grâce à la Structure constante d’ajustement permanent. Cette structure permet de mettre en valeur le contrôle de prévention et d’interdire le contrôle de réparation. En plus, elle consacre la reconnaissance d’un futur identifié comme multiple et présente les avantages suivants :

 

ü Adaptation du contrôle aux turbulences 

 

ü Prise en compte du degré de centralisation et de décentralisation 

 

ü Respect de la nature des services et des tâches 

 

ü Inutilité du recours aux cercles vicieux qui accompagnent souvent la bureaucratie 

 

Les Auteurs se penchent sur la fonction de direction comme troisième illustration. La mise en place de l’Adhésion partenariale permet de mettre chaque membre de l’organisation en situation d’y participer. Elle suppose la remise en question de méthodes traditionnelles de management qui accordent une place importante à un leader visionnaire. Elle implique un management d’écoute et la reconnaissance des carences et des limites de toutes les parties prenantes.

 

L’efficacité d’une fonction de direction s’appuyant sur la stratégie de l’Adhésion partenariale exige au moins deux aménagements :

 

ü Le renoncement à l’omniscience et l’omnipotence managériales – étant donné que ces dernières sont battues en brèche par les modifications fréquentes, imprévisibles et irréversibles de l’environnement

 

ü Le deuil d’un management systématiquement orienté vers le court terme – étant donné que, via un renforcement des préjugés et des stéréotypes, via une fermeture au changement et à la complexité, les résultats obtenus au détriment de la clientèle et des travailleurs se répercutent en vécus désadaptatifs et en conduites dysfonctionnelles   

 

 

Immanence !

Notre société de capital-investissement est construite autour de l’identité humaine et de sa psychologie comportementale.